Le nouveau Prestashop 1.7 est stable depuis fin 2016, on peut l’utiliser en production. Voici un comparatif des fonctionnalités par rapport à la version 1.6.

Édité le

Prestashop 1.7

Le nouveau Prestashop 1.7 comparé à la version 1.6

Prestashop 1.7En ce mois de février 2017, il est probablement encore un peu tôt pour la mise en production du nouveau Prestashop 1.7 qui est bâti sur le framework Symphony.

Il y a encore des bugs : modules inaccessibles, mises à jour en un clic, détails de mise en page, traductions… Comme pour nombre de CMS, il vaut mieux travailler sur une fin de version hyper stable, plutôt que sur la toute nouvelle.

Laissons donc le temps au temps et apprécions dans le détail les nouveautés qui confirment l’avantage de Prestashop sur le marché des solutions e-commerce.

 

 

Des interfaces vendeur / client plus ergonomiques

  • L’installation du CMS est simplifiée : plus besoin de dézipper l’archive, cela se fait côté serveur. Un avantage plus grand public que développeur.
  • Un menu d’administration simplifié, qui se résume en trois blocs : « Vendre, Personnaliser, Configurer ». Dans la 1.6, on avait 70 liens de menu, la 1.7 en compte une cinquantaine, mais une barre horizontale d’onglets à été ajoutée pour subdiviser en sous-menus.
    C’est moins encombré certes, mais il faut quand même parfois du temps pour retrouver une fonctionnalité.
  • La ligne de flottaison : du mieux, notamment côté modules (les notifications ont été isolées dans un onglet), mais il a toujours beaucoup d’indicateurs encombrants.
  • CMS devient Page, c’est plus logique.
  • Système de traductions : plus synthétique à présent, un sommaire liste les items modifiables, ce qui peut résoudre les problématiques d’affichage (max_input_vars), et un nouveau champ de recherche aide à trouver les termes à traduire.
  • La gestion des modules reste le centre névralgique assez complexe de Prestashop.
    Certes les alertes de mise à jour sont dorénavant regroupées dans un onglet dédié, mais les deux onglets de modules ne sont pas très clairs. L’onglet par défaut « Sélection » est assez chargé et plutôt commercial (modules payants). Les modules (natifs ou autres) une fois installés sont déplacés dans le deuxième onglet « Installés », qui se présente en trois volets (installés, intégrés et thème), mais sans beaucoup de possibilité de filtre.
    Le champ de recherche de module n’est pas relatif à ces deux catégories principales, ce qui n’aide pas à trouver un module, et il n’y a plus de mise en favori d’un module, mais l’Accès rapide suffit.
  • Page produit : plus synthétique en front-office (un bloc à onglets regroupe toutes les informations secondaires), et en back-office on passe de 12 à 6 onglets de configuration.
  • Le tunnel de commande en quatre étape sur une seule page est plus synthétique et ergonomique, la page check-out est débarrassée de l’en-tête et du pied de page du site.

Plus de potentiel côté Thème

  • Nouveau thème « Classic » plus léger et au style épuré.
    Petite révolution : Prestashop a osé le passage au CSS3 de mise en page « flexbox », et aux images SVG. Ce thème n’est donc pas compatible Internet explorer 9 et en deçà. Plus de Bootstrap, ce qui n’est pas à déplorer lorsqu’on modifie les styles, le fichier « theme.css » est bien plus léger.
  • Suppression du « Configurateur de thème » et du « Live edit » qui permettait de glisser déposer les modules : des développements complexes pour peu de résultat.
  • Child theme : Plus de bouton pour dupliquer les thèmes, Prestashop a instauré le système de thème enfant. C’est mieux, pas besoin de tout copier, on ne reprend que les fichiers dont on a besoin. La structure de fichiers TPL a été ré-organisée en dossiers, mais on s’y retrouve.
  • Starter theme : ce nouvel outil est très prometteur pour ceux qui créent leurs propres thèmes, voir https://github.com/PrestaShop/StarterTheme
  • Modules front-office : « Bloc CMS » devient « Link widget » et la gestion des liens en pied de page devient plus modulable, le module panier s’est réduit (tant mieux), le nouveau module « Blocs de texte personnalisé » de l’accueil est moins bridé, les modules de logos de paiement ont disparus… et on a un petit nouveau : le « Formulaire de contact », widget que l’on peut installer en plusieurs positions, joli cadeau !

Des fonctionnalités allégées

Un certain nombre de fonctionnalités natives ont disparues, et pas des moindres.

  • Outils marketing : disparition des fonctionnalités « Commentaires », « Comparateur de produits », « Programme de parrainage », « Programme de fidélité », « Listes d’envie », « Envoyer a un ami », « Facebook like box », carte « Maps » de la liste des magasins…
    Des fonctionnalités pas absolument utiles, que l’on peut très bien acheter si nécessaire.
  • Côté administrateur : disparition des fonctionnalités Filigrane (sur les images), « Jzoom » (sur les images produits), Sitemaps, Stocks avancés, Cron tasks manager, le système d’aide « Badges »…
    Plus embêtant : disparition du module Paypal, de Google Analytics (insérer le code dans layout-both-columns.tpl), et le copyright PrestaShop en pied de page ne se désactive plus en back-office, mais via le fichier « footer.tpl ».

 

Ce comparatif date de la version 1.7.0.5 de Prestashop. A suivre…